2.9 - Les suites du sinistre

Le 20 Octobre 1994, le propriétaire du 10 Convenant Cozic demande par courrier à celui de Convenant Quellec de déclarer un sinistre auprès de son assureur (MACIF).

Le 24 Novembre 1994, MACIF répond que la société EUREXPA a été chargée d'une mission d'expertise. Cette expertise a lieu sur place, le 21 Décembre 1994 (M. Y. Le Guen).

Le 28 Mars 1995, MACIF annonce être en possession du rapport de l'expert. Ce dernier a déclaré qu'il ne voit aucun lien de causalité entre les travaux effectués à Convenant Quellec et le sinistre du 9 Août 1994. L'expert met en cause les aménagements effectués par la DDE autour de l'impasse de Convenant Cozic. MACIF classe donc le dossier "sans suite".

On peut supposer que le propriétaire de Convenant Cozic se soit alors retourné vers la DDE. Celle-ci lui adresse en Avril 1995, le courrier reproduit à la page suivante. Copie en est adressée à MACIF, mais pas au propriétaire de Convenant Quellec, qui n'en n'aura connaissance qu'en 1998.

Sauf à fournir des explications complémentaires, ce courrier du 10 Avril 1995 comporte deux contre-vérités graves, qui supportent une accusation injuste. Ce courrier sert de pièce à conviction à ceux qui, en 2018, continuent à défendre ces thèses.

Outre le courrier et ses deux annexes reproduits ci-après, on explique ensuite, pourquoi, sans explication complémentaire, il s'agit de contre-vérités.

«Précédente Table des matières »Suivante